« Vous n’aurez pas ma haine » // Retour spectacle

En janvier dernier, le poisson Marcel et sa Paulette ont assisté au Seul en scène « Vous n’aurez pas ma haine » au Théâtre Toursky à Marseille. Un spectacle qui leur a fait froid dans le dos et laissé un goût amer.

Le propos

« Vous n’aurez pas ma haine » est l’adaptation du livre du même nom d’Antoine Leiris, chroniqueur à France Info et France Bleu, dont l’épouse a été tuée au Bataclan le 13 novembre 2015. Dans ce livre et ce spectacle, il raconte comment sa vie a basculé ce jour-là alors qu’il était seul chez lui avec son fils Melvil, 17 mois. Comment il a vécu les jours d’après.

Trois jours après les attentats, alors qu’il vient d’identifier le corps de son épouse, il poste une lettre sur Facebook avec cette phrase : « Vendredi soir, vous avez volé la vie d’un être d’exception, l’amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n’aurez pas ma haine ». Ce message est une lueur d’espoir au cœur de l’horreur obscurantiste.

livre-vous-n-aurez-pas-ma-haine

“Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus forts que 
toutes les armées du monde. (...). 
Ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. 
Car non, vous n’aurez pas sa haine non plus.”

“On ne sèche pas ses larmes sur la manche de la colère.”

Le spectacle

Ce récit, adapté et mis en scène par Benjamin Guillard, est porté sur scène par Raphaël Personnaz. Il a reçu le Molière « Seul en scène » 2018. 

Comme décor, un voile transparent blanc côté jardin sur lequel des phrases sont projetées de temps en temps, quelques chaises, quelques origamis disséminés. D’autres phrases sont projetées sur le rideau de fond de scène (des sms reçues, la phrase d’introduction publiée sur Facebook, …).

La musique est composée par Antoine Sahler et interprétée au piano par Lucrèce Sassella ou Donia Berriri en alternance.

Côté Lumières, des jeux sur la densité et la luminosité tout en nuances.

L’avis du poisson

Marcel avait vu passer l’info concernant ce spectacle depuis la récompense du Molière qui lui avait rappelé le post Facebook d’Antoine Leiris qui l’avait marqué, à l’époque des faits. Il avait envie d’assister à ce spectacle, sans trop savoir pourquoi, sans pouvoir expliquer vraiment pourquoi (curiosité mal placée ? voyeurisme ? tentative d’expliquer cet événement qui l’a tant marqué ?…). Mais comme il vous le disait en introduction, celui-ci a laissé les poissons dans un mauvais état leur faisant même dire que « c’était une grosse erreur ». En effet, alors que la presse parle d’une « une ode à la vie bouleversante », ils n’y ont vu que détresse, tristesse et désarroi. Pourquoi ? Peut-être parce que ce n’était clairement pas « le bon moment » pour voir cette pièce, son histoire faisant bien trop écho à leur propre histoire personnelle de ces derniers mois : une sortie culturelle pour la maman avec ses amis (Marcel ?), un papa qui garde l’enfant de 17 mois pendant ce temps (Paulette ? Et ici, bébé en a 14…). Une situation vécue régulièrement par les poissons. De même que de nombreuses scènes du quotidien décrites avec l’enfant (les repas, son amour pour les livres, etc…) : les poissons s’y sont vus carrément. Et ont bien imaginé ce qu’ils pourraient ressentir dans cette même situation (Paulette a même avoué à Marcel, en sortant, qu’il l’avait souvent envisagé, effroyablement lors qu’il(elle) rentrait plus tard que prévu). Bref, c’était trop proche de ce qu’ils vivent. Ils sont sortis assez mal après cette heure et demie au Toursky.

C’est même une des rares fois où Marcel s’est posé la question de la nécessité de voir ce genre de spectacles finalement. A quoi bon ? A quoi « sert-il », à part se faire du mal ? N’est-ce pas un peu malsain d’entrer dans cette intimité, de « revivre » cet événement tragique, de l’intérieur ? Cela lui a vraiment laissé une drôle de sensation, vous savez, comme ceux qui vont aux enterrements pour se sentir vivants. Ce n’est clairement pas son « kif ».

VOUS-N-AUREZ-PAS-MA-HAINE_Giovanni Cittadini Cesi 040- MD

A part « ça » (le propos, le fond donc), il n’y a rien à redire sur la forme : la qualité est là, il mérite son Molière. Le jeu de Raphäel Personaz est juste, sans erreur, la scénographie est belle, la musique à propos. Objectivement, c’est un bon spectacle. Subjectivement, une belle erreur de choix de la part des poissons.

Origami Marcel-2016

Et vous, avez-vous déjà vécu ce genre de sensation pour un spectacle, une expo ou un concert ? Qu’en pensez-vous ? Sont-ils « nécessaires » ?

Une réflexion sur “« Vous n’aurez pas ma haine » // Retour spectacle

  1. Pingback: Idées anti-ennui spéciales Confinement #7 | Un poisson nommé Marcel

Laisser un petit mot (cela fera plaisir à Marcel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s