Retour sur « En vadrouille » #7 dans l’atelier du confiseur des Calissons du Roy René

Le 9 décembre dernier, Ma cigale et le poisson Marcel sont partis « En vadrouille » dans l’atelier du confiseur des Calissons du Roy René avec des lectrices. L’agité du bocal vous raconte ce chouette moment.

Calisson - En vadrouille 7

Pour ce septième numéro d’« En vadrouille », les animaux avaient convié Fanny, Nathalie, Sandrine et Sophie, les 4 lectrices tirées au sort, directement à la boutique du Roy René, rue Gaston de Saporta, en plein cœur du centre historique d’Aix. Là-bas, c’est Margaux, guide-confiseur, qui accueille le petit groupe et s’occupe de lui pendant plus d’1h30.

Chaque participant se pare d’un tablier blanc aux couleurs de la marque et se lave les mains (merci Marcel pour ce détail intéressant ! :p). On commence par une dégustation 🙂 Margaux nous raconte ensuite l’histoire du calisson : la légende dit que ce fut pour « dérider » la future épouse du Roi René qui ne souriait jamais qu’un confiseur du roi inventa « di calin soun », littéralement « ce sont des câlins » en provençal. La dame apprécia semble-t-il ce « câlin en bouche » et esquissa un sourire, pour la plus grande joie de son futur mari. Dans la réalité, la friandise n’a pas moins de 5 siècles. Importée d’Italie, c’est à Aix qu’on eut l’idée de mettre du sirop de sucre dans les fruits confits.

Après cette introduction, on commence la pesée des aliments de la recette : le melon de Cavaillon variété Charentais, les amandes, l’écorce d’orange, les blancs d’œufs déshydratés, le sucre (on mettra plus tard l’hostie). Le poisson ne vous donnera pas la recette précise parce que sa mémoire lui fait faux-bon (ah ! Ces poissons rouges !). Mais heureusement, Margaux lui la remet à la fin de l’atelier et la voici (parce qu’il est drôlement sympa avec vous ;p ) :

La bonne ambiance est là. On plaisante et chacune met la « main à la nageoire patte ».

Une fois le broyât terminé, la pâte à calisson doit reposer quelques heures. Comme le petit groupe n’a pas le temps d’attendre autant, Margaux propose de façonner une pâte confectionnée quelques heures plus tôt dans les ateliers. On passe donc à l’étape « façonnage » avec une machine. Une sorte de gros moule à calisson. C’est sympa à faire et la magie opère.

Marcel a réalisé un petit résumé en vidéos des étapes de fabrication (n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ou un « pouce bleu » vers le haut) :

Le saviez-vous ? Le Calisson d’Aix est une appellation et une IGP (identité géographique protégée). Il faut respecter un certain nombre de critères pour l’avoir : 1/3 d’amandes qui provienne de Provence, de France ou d’Espagne (car la quantité d’amandes nécessaire n’est pas en production suffisante en France) ; 1/3 de fruits confits dont minimum 60% de melon confit de Cavaillon (95% de melon confit pour 5% d’écorce d’orange dans les Calissons du Roy René) ; 1/3 de sirop de sucre chaud ; une longueur entre 4 et 6 cm : un poids d’environ 13,6 g par calisson ; être produit à Aix en Provence ou dans le Pays d’Aix. Bref, vous l’avez compris, il n’est pas donné à tout le monde de produire des « Calissons d’Aix ». Et c’est tant mieux !

D’ailleurs, ce n’est pas si facile que ça. Bien que la recette semble aux premiers abords pas très compliquée, il faut avoir les bons outils et le savoir-faire est vraiment nécessaire pour faire des « beaux » calissons.

Après 1h30 dans l’atelier du confiseur, le groupe se dirige vers 60 degrés pour partager un moment convivial et gourmand autour de pâtisseries et de tisanes. C’est toujours aussi cosy, agréable et bon 🙂 Pendant ce temps, Margaux se charge de mettre au four les calissons. Le moment est chouette et passe malheureusement trop vite. Il faut déjà partir. Un petit passage à la boutique pour que chacun récupère sa boîte de calissons et c’est l’heure de se dire au revoir.

Pour résumer, l’agité du bocal a passé encore un sympathique moment en compagnie de sa complice de cigale, de lectrices et de Margaux. C’est vraiment toujours très chouette de passer du virtuel au réel, des écrans aux sourires et regards échangés.

Calisson - En vadrouille 7

Un grand merci aux Calissons du Roy René qui ont accepté la proposition des animaux et plus particulièrement à Margaux qui a animé l’atelier. Merci également à 60 degrés pour leur accueil. Et un merci enfin à ma cigale acolyte-complice pour suivre Marcel dans ses tours de bocaux 🙂

Découvrez d’ici quelque jours le retour de Ma cigale sur son blog. Le poisson vous mettra le lien.

Origami Marcel-2016

Et vous, avez-vous déjà fabriqué des calissons ? Aimez-vous cette confiserie ?

Publicités

8 réflexions sur “Retour sur « En vadrouille » #7 dans l’atelier du confiseur des Calissons du Roy René

  1. Visite géniale pour cette merveille si délicieuse, je la préfère même au chocolat, c’est dire! L’appellation « calissons d’Aix  » a été protégée jusqu’à Shanghaï où l’on ne pourra plus produire de faux calissons d’Aix, non mais!!

    J'aime

  2. Encore un super moment partagé avec nos lectrices ! que du bonheur
    merci Marcel pour cette jolie vidéo qui résume bien l’atelier
    A bientot pour un prochain En Vadrouille…d’ailleurs il faut que l’on en reparle 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: *5 ans, 5 jours de fêtes* // Jour 4 | Un poisson nommé Marcel

  4. Pingback: Fabriquer ses calissons à l'atelier du Roy René - Aix en Provence

  5. Pingback: Décembre, en 5 photos | Un poisson nommé Marcel

Laisser un petit mot (cela fera plaisir à Marcel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s