Retour sur « La cantatrice chauve »

Le poisson a assisté il y a une bonne quinzaine de jours au premier spectacle de la saison au Théâtre du Jeu de Paume à Aix : « La cantatrice chauve », grand classique d’Ionesco avec Romane Bohringer. Retour sur cette pièce véritable légende du Théâtre de l’Absurde.

Pour rappel (ou information), le Théâtre de l’Absurde est un style théâtral apparu au XXème siècle, à l’époque de la Seconde guerre mondiale. Véritable rupture par rapport aux genres classiques comme la tragédie ou la comédie, il se caractérise par une absurdité des situations et du langage créant une incohérence dans l’intrigue. Il a pour but de critiquer l’absurdité de l’Homme et de la vie en général.

Le magnifique Jeu de Paume

« La cantatrice chauve » est probablement la pièce la plus célèbre d’Eugène Ionesco (Marcel a vu lycéen « La leçon » et avait détesté… Mais peut-être devrait-il retenter l’expérience…). « La cantatrice chauve » est composée de phrases courtes, vraiment insensées et décousues, de discussions qui tournent en rond ou sont complètement banales et inintéressantes. Ici, l’histoire n’est que secondaire et sans réel intérêt. Elle est là uniquement pour montrer l’absurdité d’une certaine vie sociale bourgeoise. Globalement, on assiste à une scène banale entre un couple bourgeois anglais, M. et Mme Smith, qui reçoit un couple d’amis chez eux, M. et Mme Martin. C’est tout (ou presque).

L’avis du poisson

Toute la pièce se déroule dans un décor d’intérieur de maison (l’appartement de M. et Mme Smith) minimaliste. Papier peint fleuri et quelque peu psychédélique, un fauteuil, un canapé modulable et une pendule digitale qui « part en live » (Marcel a aimé ce petit détail). 2 portes qui s’ouvrent. C’est tout. C’est minimaliste mais ça fonctionne bien. On se concentre vraiment ce qui se joue sur scène.

© William Pestrimaux

Petite déception sur la mise en scène de Pierre Pradinas que Marcel a trouvé un peu trop classique. Il aurait aimé un peu plus d’originalité et de folie mais il admet que cela est difficile tant la pièce a été jouée, jouée et jouée.

Pourtant, le poisson a beaucoup aimé revoir cette pièce. Il la trouve très drôle. Coup de coeur pour la dernière partie avec les discussions sans queue ni tête si jouissives et drôles ! Le jeu d’acteurs est sans faute et pourtant cela ne doit pas être facile du tout à jouer ce type de texte, tellement décousu ! On comprend bien pourquoi Romane Bohringer a été nominée aux Molières 2017 dans la catégorie « Molière de la comédienne dans un spectacle de Théâtre public » pour ce spectacle : elle est excellente ! Tout comme Stephan Wojtowicz qui interprète merveilleusement bien le rôle de M.Smith.

Stephan Wojtowicz et Romane Bohringer, M. et Mme Simth : excellents !
© William Pestrimaux

Les lumières sont travaillées et font « bien le job », sans tape-à-l’oeil.

Enfin, l’agité du bocal a beaucoup aimé la musique de Christophe «Disco» Minck & the Recyclers.

Et vous, avez-vous vu cette cantatrice au Jeu de Paume ? Êtes-vous un adepte du style de Ionesco ?

Ps : Merci à l’équipe des Théâtres pour les places à la (presque) dernière minute 🙂

Publicités

Laisser un petit mot (cela fera plaisir à Marcel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s