« Etat civil » : une pièce à voir prochainement à Aix !

Rappelez-vous, le poisson Marcel invitait le mois dernier quelques-uns d’entre vous à entrer dans les coulisses de la création de la pièce « Etat civil ». Elle sera présentée le jeudi 18 et vendredi 19 mai au Théâtre du Bois de l’Aune à Aix. Il vous en dit un peu plus sur cette création et vous conseille d’aller la découvrir 😉 (pensez à réserver car c’est gratuit)

L’agité du bocal et quelques lecteurs ont ainsi assisté à un petit bout du 10ème jour de répétition de la pièce en création (sur 3 semaines en résidence au Bois de l’Aune, à raison de 6h par jour de travail jusqu’à la Première). Pour rappel, c’est un projet multi-promotions du DEUST Théâtre de l’Université Aix-Marseille. Les étudiants des 3 années travaillent ensemble. Les metteurs en scène sont des professionnels mais ils sont assistés par des étudiants en dramaturgie. D’autres font la scénographie, les décors, la régie et la médiation. Chacun a son rôle. Le projet compte ainsi 13 acteurs, 2 régisseurs 4 assistants, 2 scénographes et 2 metteurs en scène.

Valentin, étudiant chargé des relations publiques et relations presse, en pleine présentation avec le poisson, ma cigale est fantastique et leurs lecteurs.

Le mini extrait auquel il a assisté a donné l’eau à la bouche au poisson. Il a hâte de découvrir la suite ! Et encore plus après avoir rencontré les deux metteurs en scène, vraiment passionnés et passionnants. Il s’agit de Sonia Chiambretto et Louis Dieuzayde. Il vous raconte un peu ce qu’il a appris auprès d’eux.

Elle, Sonia Chiambretto, a écrit le texte. Elle travaillait avant dans une section cinéma et sur le rapport de la violence de l’image/des images avant d’être publiée chez Actes sud avec ses textes poétiques et philosophiques. Elle est donc auteur depuis 9 ans. Hubert Colas, célèbre metteur en scène contemporain basé à Marseille depuis de nombreuses années, a monté tous ses textes. C’est comme ça qu’elle a été connue. Elle raconte que c’est après une rencontre avec une réfugiée Tchétchène dans un centre pour l’apprentissage du langage qu’elle a eu envie d’écrire son récit. « Ça m’a réveillé des choses » dit-t-elle. « Mon médium, c’est la poésie, la littérature » poursuit-elle. Sa thématique récurrente est l’exil en tant de guerre. Elle part de la parole des autres et les traduit dans une langue poétique, universelle.

Durant sa résidence pendant Marseille-Provence 2013 – Capitale Européenne de la Culture, elle a recueilli des témoignages dans les bureaux de proximité de la ville. C’est ce qui constitue la matière de son livre puis de la pièce. Elle a été fascinée par ce vocabulaire spécifique administratif et par la manière dont le public est déshumanisé au fur et à mesure des démarches administratives longues. Elle admet que son point de vue est personnel. « C’est un regard ». Elle a été également frappée par la précarité des agents. « C’est terrible ». Pour elle, cela crée beaucoup de situations difficiles et de problèmes. C’est ce qu’elle a essayé de traduire tout au long de son ouvrage qui est une série de dialogues. Au final, elle souhaite montrer qu’il n’y a pas une place de « méchants » ou de « gentils » mais que le système fonctionne comme ça et que chacun essaie de se débrouiller. « Ça crée de la violence, du désespoir ». Elle pose, indirectement, des questions sur la place dans la société, sur la citoyenneté et sur la désobéissance. Bref, une femme vraiment passionnante !

Lui, Louis Dieuzaydeest professeur et metteur en scène à l’Université. Il donne des cours sur l’écriture de textes. Il estime que « pour comprendre un auteur et jouer une pièce, il faut avoir écrit soi-même. C’est pour cela que ce cours est mis en place. » C’est pour cela, aussi, qu’en troisième année, les étudiants sont amenés à jouer leurs propres textes sur scène.

Le metteur en scène en pleine discussion : passionnant !

Pour « Etat civil », il s’occupe de la mise en scène et du jeu d’acteur, assisté de la dramaturge qui donne son avis. Trois aspects l’ont particulièrement intéressé dans ce texte : 1) les « stratégies de langues – langues françaises-étrangères », le langage de l’administration et toute l’intelligence des administrés pour avoir leurs papiers. Pour lui, des scènes apparaissent parfois burlesques alors qu’elles sont cruelles. 2) la mosaïque humaine que font apparaître ces bureaux : du plus anodin au plus terrible. Les dialogues sont très courts et très « économiques ».  3) la dimension politique qui passe par le détail. « On a l’impression que ça sonne juste. C’est concret. Il n’y a pas de maître, pas de bourreau. Le malaise tient de part et d’autre. Les uns et les autres craquent. C’est la force de ce texte. » Il estime que les jeunes comédiens amènent malgré eux une distance. « C’est intéressant de voir comment ils s’emparent du texte. » Concernant la mise en scène et le jeu d’acteur, il est très attaché à l’énonciation qu’il juge très importante pour « entendre tout ». « Le texte dit tout avec la ponctuation ». Pour ne pas caricaturer, il a fait le choix de la « force économique du geste ».


Tout cela semble fort alléchant pour l’agité du bocal ! Après cela, il n’a qu’une envie : découvrir la pièce en entier ! Il vous la conseille d’ailleurs 😉 Alors ne tardez pas à réserver car comme l’entrée est gratuite et visible seulement 2 soirs, cela risque de se bousculer au portillon !

Pour rappel, à voir le jeudi 18 et vendredi 19 mai au Théâtre du Bois de l’Aune à Aix. Réservations au téléphone du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h au 04 88 71 74 80 | boisdelaune@aixenprovence.fr

Adresse : Bois de l’Aune – Jas de Bouffan – 1bis Place Victor Schoelcher – 13090 Aix-en-Provence

Deux parkings gratuits à proximité : parking du Patio et parking de la Place du marché du Jas de Bouffan.

Cette présentation (un peu longue – désolé !) de la pièce sous une autre angle vous donne-t-elle envie d’assister à la pièce ?

Publicités

Laisser un petit mot (cela fera plaisir à Marcel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s