La Biennale internationale du Cirque 2017

La deuxième édition de la Biennale internationale du Cirque se déroulera du 21 janvier au 19 février 2017 à Marseille et en région PACA. Le poisson Marcel vous présente l’événement et les 10 spectacles qu’il a envie de voir.

Biennale BIAC blanc

Après une première édition qui a su capter un public nombreux et une belle Entre-Deux Biennales, Archaos – Pôle National Cirque Méditerranée propose une deuxième édition prometteuse : 59 compagnies (dont 11 régionales et 13 internationales) qui présenteront 63 spectacles dont 26 en création mondiale au cours de 260 représentations. Le village Chapiteaux sera installé sur les Plages du Prado à Marseille. Des ateliers de cirque en famille seront organisés tous les dimanche.

Il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges et pour toutes les bourses (de nombreux spectacles sont gratuits).

Marcel en frétille d’impatience ! Il va y avoir des vagues dans le bocal ! Au total, la Biennale sera accueillie par 44 partenaires culturels de 27 villes en PACA. Vous trouverez forcément le spectacle qui fera votre bonheur !

Affiche Biennale BIAC 2017

Le week-end d’ouverture

Pour ouvrir les festivités, le week-end d’ouverture aura lieu le samedi 21 et le dimanche 22 janvier à la Friche Belle de Mai. Il s’intitule « Quel cirque ! » et aura pour thème « Cirque et Sport » (Marseille-Provence, Capitale du Sport 2017 oblige !). Deux jours de fête, de surprises et de découvertes artistiques pour petits et grands, entre amis ou en famille, pour apprendre, pratiquer, se défier et « surtout s’amuser ! ». Au programme : spectacles, expositions, installations, ateliers acrobatiques et urbains alliant le Cirque et le Sport.

Parmi ce programme exceptionnel, le poisson vous conseille, en spectacles gratuits :

  • « Block »  de NoFit State & Motionhouse dimanche à 11h30 et 14h30 : « un décor fait de blocs de béton, vingt blocs qui s’offrent en agrès aux performeurs de cette pièce. Chorégraphies et acrobaties s’enchaînent dans ce mouvement incessant de formes, qui se fait métaphore du caractère inconstant de nos villes, des paysages en mutation, des variations de notre environnement. Vingt blocs de béton où les corps parlent de changement, de barrières, d’échecs et de succès. »
  • « Sabordage » de La Mondiale Générale samedi à 14h30 et 17h30 et dimanche à 14h et 17h dans le Hall de La Cartonnerie :
    « Une nouvelle création, pièce courte pour 4 acteurs acrobates, où il est question d’équilibres et de situations absurdes, de beauté et d’autodestruction. »

Les 10 spectacles sélectionnés par Marcel

Parmi les 63 (!) spectacles proposés, difficile de faire un choix ! Un peu de méthode semble nécessaire pour ne pas se noyer dans ce dense programme. Celle du poisson ? Comme la première année, il vous conseille de regarder par lieu (la liste complète ici), à proximité de chez vous ou dans vos favoris. C’est ce qu’il a fait. Voici les spectacles qu’il a envie de voir :

« Benja »

Cirque traditionnel et contemporain, arts numériques et visuels, musique.

« 1895. Benjamin de Oliveira a douze ans. Fils d’esclaves, il vend des galettes de maïs à Patafufu. Séduit par le petit cirque Sotero qui s’installe dans le village, il y pénètre en cachette, s’émerveille de tout ce qu’il y voit, la femme serpent particulièrement. Comme aspiré, Benja décide de partir pour devenir le premier clown noir brésilien, un faiseur de samba dans l’univers du cirque. Spectacle hybride tout en images, Benja croise le cinéma, le théâtre et le cirque. La musique aussi : une opérette, une chansonnette, de la samba pour poser avec légèreté les questions sensibles de l’humanité : racisme, quête d’identité, rêves, défis. La force poétique de Benja puise dans la résilience d’un personnage hors du commun. Une expérience artistique entre la France et le Brésil, entre les arts numériques et le cirque traditionnel. »

Le Village Chapiteaux à Marseille

© Benjamin Alta

« Secret » (Temps 2)

Spectacle sur piste

« L’Univers est son terrain de jeu ; la piste son laboratoire où il expérimente de nouvelles lois pour mettre de l’ordre dans le tumulte du monde et en perturber les évidences supposées. Le Guillerm y fait corps avec la matière, dompte les turbulences atmosphériques, provoque des équilibres instables et se joue des éléments. (…) Il y a dans ce spectacle du mystère, de la poésie, de l’intuition, de l’expérience. De l’acharnement, aussi. Un Secret qui se (re)crée année après année pour dresser une cartographie d’une planète sans lieu mais aux perspectives sensibles et utopiques infinies. Un nouveau paysage apparaît, spectacle après spectacle, comme familier, mais imperceptiblement reconfiguré à chaque relecture. »

à Marseille

Biennale - Cirque ici-Secret-Johann Le Guillerm« Halka »

Danse acrobatique

« Quand le corps questionne les mémoires d’un art qui a façonné son rapport au monde. Chaque prouesse exécutée par les acrobates, puissante et singulière, puise dans cette tradition héritée du passé le vocabulaire de sa réalisation contemporaine. Comme une exploration dans les contradictions d’un monde tiraillé entre le sacré et le profane, le spectaculaire et l’invisible. De cette voltige, la musique naît, faite de poésie déclamée, de cris, de chants et de percussions. Dans un élan de liberté, où l’humour n’est jamais loin, chacun exprime sa satisfaction d’avoir pu franchir, grâce à cet art, les frontières géographiques, culturelles, de genre et de classe. »

à Marseille, Miramas et Ollioules
Biennale - groupe_acro_tanger_2ian_grandjean

© Ian Grandjean

« Réversible »

Cirque pluridisciplinaire

Le poisson a adoré les précédents spectacles des 7 Doigts de la main. Il vous conseille fortement ce spectacle et le suivant !

« Que se passerait-il si l’on pouvait tout recommencer ? Appuyer sur le bouton reset ; revenir sur ce personnage que l’on se crée au fil de notre vie, façonné par le monde extérieur ? À travers le trou de la serrure, Réversible observe les vies de huit hommes et femmes, leurs pensées, émotions et désirs qu’ils croient cachés derrière ces murs… Mais sur scène, les cloisons valsent : tour à tour se dévoile ce qui se joue derrière les portes closes. Chaque geste, parole, danse ou acrobatie raconte leurs histoires. Et si on leur offrait la possibilité de revenir sur leurs pas ? Réversible inverse la marche du monde afin d’en inventer d’autres. Car il n’est jamais trop tard pour changer. »

à Marseille et à Istres

reversible_8alexandre_galliez

« Triptyque »

Cirque pluridisciplinaire, danse

2ème spectacle des 7 Doigts de la main présenté dans le cadre de la Biennale par Les Théâtres.

« Sous la direction artistique de Samuel Tétreault, Les 7 Doigts de la main s’associent à trois chorégraphes de renommée internationale pour explorer les langages du corps humain en trois volets. Anne & Samuel, un duo dirigé par Marie Chouinard, explore la gravité et ses effets sur le mouvement des corps. Variations 9.81, un quintet d’équilibristes virtuoses invite ensuite les artistes à la recherche du contrôle absolu sur la gravité et la relation entre l’immobilité et le mouvement, sous la direction de Victor Quijada. Nocturnes, chorégraphiée par Marcos Morau, libère les huit artistes de leurs contraintes physiques, mêlant subtilement danse et cirque, dans un univers onirique et déjanté. »

A Aix-en-Provence et à Miramas
Biennale - variation981-4alexandre-galliez-jpg

© Alexandre Galliez

« Limits » 

Acrobatie, acrobatie aérienne, bascule coréenne, contortionnisme, jonglage

« À l’automne 2015, dans un esprit humanitaire, j’étais parmi ceux en Suède qui voulaient accueillir des migrants. À chacune des rencontres, une nouvelle histoire, une tragédie personnelle. La différence est grande entre l’artiste de cirque qui prend des risques de son propre chef et la personne qui s’enfuit pour sa survie, mais j’y vois des points communs : avoir peur, braver l’inconnu, toujours y croire. Voir l’Europe fermer ses frontières me scandalise, quand notre cirque s’évertue à les repousser. Pouvez-vous imaginer ce que serait le monde si personne n’avait jamais pris aucun risque ? Pour ma part, je crois que nos frontières sont souples. À l’image de nos cœurs et nos cerveaux, qui ont une capacité innée d’expansion. » Tilde Björfors

Au Théâtre La Criée à Marseille
limits_mattias_edwall_02

© Mattias Edwal

« Boulevard Conakry »

Aérien, acrobatie, main à main, danse, percussion

« Avec le marché du centre de Conakry comme source d’inspiration, Boulevard Conakry montre l’énergie de ce lieu atypique. Fourmilière humaine organisée et complètement surréaliste, où les vendeurs crient, chantent et dansent au milieu de leurs étals. Parfois, de jeunes artistes jaillissent de nulle part, jonglent avec des fruits ou font des prouesses acrobatiques. C’est cette vie, ce mélange subtil de parfums et de couleurs que le spectacle met en scène. Un tourbillon de techniques et de disciplines aussi abondant que les produits du marché : acrobatie aérienne, équilibre, main à main, mât chinois, jonglage, contorsion… Tout cela sans jamais cesser de danser. »

à Marseille
Biennale - boulevard_conakry_1mpaiterya_circus

© Mpaiterya circus

« Le cirque poussière »

Cirque pluridisciplinaire

« La prise de risque n’est jamais feinte dans ce vertigineux moment de cirque. Dans un carrousel inattendu – terrain de jeu à un spectacle acrobatique et aérien – un quatuor d’artistes et un music-hall de poche évoluent dans une ambiance d’opérette. Le Cirque Poussière mobilise sans retenue tous les élans de la vie fragile en une symphonie de mouvements qui vient puiser dans le théâtre, la musique et la danse afin de rendre ses lettres de noblesse à l’innocence de l’enfance, à la candeur des rêves, à l’imaginaire qui est une vraie ressource pour déjouer les pièges sordides de la réalité. Une leçon d’amour et d’humour. La preuve par le cirque que l’existence est pleine de rebondissements. »

à Istres et à Vitrolles
Philippe Laurencon

© Philippe Laurencon

« Möbius » / « Miroir Miroir »

Jonglerie (Möbius) et Théâtre vertical / musique (« Miroir Miroir »)

Möbius : « Nouvelle création d’un jongleur atypique nourri aux sciences physiques, à la peinture et au skateboard, Möbius de Miguel Gigosos Ronda s’inspire du concept de l’anneau découvert par le mathématicien du même nom, dont les deux côtés se confondent en un seul. L’artiste espagnol joue de folles contorsions et instaure de nouveaux codes à sa discipline, transcende la notion de performance pour l’ouvrir à une certaine fragilité, un moyen de créer du langage. Avec des dizaines de balles d’un rose vif, ce vorace personnage nous conduit dans son « labyrinthe imaginaire » et désarticule son corps. À n’importe quel moment il peut se passer quelque chose. À croire que tout est possible ! « 

« Miroir miroir » : « Une femme, un pianiste, un miroir. Porteur d’histoires, de contes et de mythologies, le miroir est aussi l’objet des questions existentielles, du redoutable face-à-face avec soi-même. Seule avec ce miroir, cette femme va affronter son propre reflet, passer à travers, se jouer de lui dans une chorégraphie aérienne aussi vertigineuse que poétique. A-t-on seulement idée de ce qui se trame de l’autre côté ? Se regarder droit dans les yeux renseigne-t-il sur sa propre intégrité ? On peut toujours essayer de sauver les apparences, le mensonge réside dans notre reflet. Le son du piano accompagne cette danse aux échappées fantasmagoriques ; une mise en abîme d’où jaillit la source de notre intériorité. »

à Marseille et à Toulon

« Minuit »

Cirque

Yoann Bourgeois délaisse-t-il son trampoline pour ce spectacle ? Pas si sûr ! Un spectacle qui mérite d’être vu, d’après le poisson.

« Minuit est un projet conçu par un artiste de cirque pour un théâtre ; une scénographie qui se réinvente à chaque fois, en fonction de la scène. Les agrès sont agencés en fonction des vides laissés entre chacun d’entre eux. La liberté de mouvement offerte par cet espace de jeu est le point d’appui de l’écriture. De là va émerger un corps à corps entre le dispositif et l’individu. Ces constructions scénographiques, ces agrès, ces machines, ces objets, ces rapports au temps, au public, à l’image… ne cherchent définitivement qu’une seule chose : une suspension. Ce moment furtif où l’objet lancé en l’air, l’envol d’un corps, atteint le sommet de la parabole, juste avant la chute. »

à Marseille

Biennale - minuit_9geraldine_aresteanu

Origami Marcel-2016

Et vous, êtes-vous tentés par cette Biennale ? La sélection de Marcel vous donne t-elle envie ? Ou en avez-vous choisi d’autres ? Le poisson attend votre avis 😉

Publicités

5 réflexions sur “La Biennale internationale du Cirque 2017

  1. Pingback: « Que faire ce week-end ?  #169 | «Un poisson nommé Marcel

  2. Pingback: « Que faire ce week-end ?  #170 | «Un poisson nommé Marcel

  3. Pingback: « Que faire ce week-end ?  #171 | «Un poisson nommé Marcel

  4. Pingback: « Que faire ce week-end ?  #172 | «Un poisson nommé Marcel

  5. Pingback: « Que faire ce week-end ?  #173 | «Un poisson nommé Marcel

Laisser un petit mot (cela fera plaisir à Marcel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s