« Que faire ce week-end ? » #82

Un week-end très musical cette semaine : du jazz au Théâtre du Gymnase, du Baroque à la Friche Belle de Mai, des sonorités africaines à la Scène, du Classique au Jeu de Paume… Un peu de danse à la Criée avec le Ballet National de Marseille et un peu de Théâtre au Théâtre d’Aix, à la Mareschale et à la Joliette-Minoterie… Voilà tous les ingrédients pour se concocter un week-end parfait ! 😉

image

Légende de haut en bas et de gauche à droite : « Herself » à la Joliette-Minoterie, Kurt Keeling en concert au Gymnase, « Monsieur et Madame O » au Théâtre d’Aix et le Ballet National de Marseille à la Criée.

Tout le week-end

à Aix-en-Provence

Cycle « Miyazaki et le Studio Ghibli » à l’Institut de l’image : « Alors que Souvenirs de Marnie, sorti au mois de janvier, sera peut-être le dernier film produit par Ghibli, l’Institut de l’image propose une rétrospective des films du célèbre Studio japonais, à travers principalement l’oeuvre de l’un de ses illustres fondateurs, Hayao Miyazaki (Mon Voisin Totoro, Princesse Mononoké, Le Voyage de Chihiro, etc.). Partout à travers le monde, le Studio Ghibli est aujourd’hui synonyme d’émerveillement, tant pour les enfants que pour leurs parents ou tout autre adulte curieux d’explorer des imaginaires métissés.

Hervé Joubert-Laurencin, spécialiste du cinéma d’animation également connu pour ses écrits sur Pasolini, mais aussi sur Miyazaki, sera présent ce samedi 14 mars afin de nous guider à travers cet univers unique dans le cinéma contemporain. »

Certains films sont proposés en vf, ou alternativement en vo sous-titrée et en vf afin d’êtres accessibles au jeune public en même temps qu’au public adulte… aucune limite d’âge maximum n’étant requise ! Toutes les séances en vf sont précisées dans la grille horaire. » Cliquez sur le lien en titre pour voir le programme précis. Jusqu’au 23 mars.

Rappel de la semaine précédente :

– la nouvelle exposition temporaire du Musée Granet « Aix antique, une cité en Gaule du Sud » : sculptures, mosaïques, peintures, fragments d’architecture et objets du quotidien, cette exposition remet en lumière ce passé. Visite en français à 14h30 (droit d’entrée + 4 euros). Jusqu’au 3 mai 2015.

à Marseille

Week-end spécial Festival de musique « Mars en Baroque » à la Friche Belle de Mai : « Pour la deuxième année, Mars en Baroque s’installe, le temps d’un weekend, à la Belle de Mai. Mais parce qu’on retrouve à la Friche cette liberté propre à la Renaissance artistique, une liberté qui s’est construite autour de thèmes humanistes, tolérance, liberté de pensée, paix, éducation visant à l’épanouissement de l’individu, nous proposons cette année une Friche plus « renaissante » que baroque. Une Renaissance musicale toujours prête à s’encanailler de la gouaille populaire ou à célébrer les joies de la danse et des plaisirs culinaires… »

Au programme : « Sacré Graal, le film mythe des Monty Pithon vendredi, atelier-performance jeune public, un spectacle revitalisant les codes de l’ancienne Commedia, un grand banquet samedi, un ciné-concert dimanche après-midi, un concert-Goûter avec l’Ensemble l’Indiscrète, et un concert de musique renaissance et pré-baroque pour voix et luth. Certaines manifestations sont gratuites.

l’exposition « Charlie Hebdo, journal irresponsable » de 13h à 19h : une sélection de plus de 200 numéros originaux de Charlie Hebdo, présentés avec des témoignages audiovisuels et photographiques sur l’histoire du journal et de ses valeurs. Jusqu’au 15 mars.

à Rousset

– Le festival Nouv.o Monde [cinéma] que Marcel vous présentait cette semaine ici.

à Tourves (83)

– Le Musée des Gueules Rouges (que Marcel vous présentait ici) pour découvrir l’histoire de l’exploitation minière de la bauxite dans le Var avec notamment la visite d’une galerie reconstituée. A une petite quarantaine de minutes d’Aix seulement. Ouvert de 14h à 18h. Départ des visites guidées : 15h et 16h30.

Vendredi 13

à Aix-en-Provence

« L’oiseau improvise » [spectacle de la Cie Loiseau] à 20h30 à la Mareschale (27 avenue de Tübingen) : « il s’agit de lecture de textes de Vian, férré, Dassavray, Dylan, Bukowski,… sur improvisation musicale et, en guise de respiration, quelques chansons des Beatles ! La compagnie a eu le plaisir de venir jouer plusieurs fois dans notre Théâtre de Poche, notamment pour « Bleu eklectique » et  » La triple mort du client ». Gratuit sur réservation, nombre de places limité, tout public.

Récital de Sunwook Kim [piano] à 20h30 au Théâtre du Jeu de Paume : « nul doute que le pianiste coréen Sunwook Kim est un véritable phénomène ! Après des triomphes à Paris, Londres ou Séoul, son récital au Théâtre du Jeu de Paume est un événement ». Son programme : Partita n°2 en ut mineur BWV826 de Johann Sebastian Bach, Sonate n°21 en ut majeur, op. 53 «Waldstein » de Beethoven, Tableaux d’une exposition de Modeste Moussorgski.

Soirée africaine à 19h30 à la Scène270, rue Famille Laurens, Zone industrielle des Milles – : 3 sets de démonstration de danses africaines par l’association Africa Foula accompagnée en live par des percussions.

Concert SMOKEY JOE & THE KID + SENBEI [hip-hop, électro] à partir de 21h à Seconde Nature (27 Rue du 11 Novembre) : « Seconde Nature accueille ses voisins Comparses et Sons pour une soirée musicale aux forts accents Hip Hop. Smokey Joe & The Kid lanceront les hostilités avec leur combinaison dangereusement efficace de Hip Hop, d’Electro sur fond de samples empruntés au swing des années 50. Senbei, le beatmaker de Smokey Jo prendra ensuite le relais et présentera son live versatile combinant avec finesse beats hip hop et bass music saupoudré d’une bonne dose de culture et d’imaginaire japonais dont il est passionné. »

à Marseille

Concert de Kurt Edling avec le Quartet 1619 Broadway – The Brill Building Project [jazz] à 20h30 au Théâtre du Gymnase : « romantisme, voix chaude et répertoire élevé, Kurt Elling possède une tessiture de baryton dans la lignée des plus grands comme Sinatra ou Nat King Cole. Ses nuances ainsi que sa générosité sur scène démontrent sa nature de véritable showman. Il propose une performance où se conjuguent originalité, technique, instinct et clins d’oeil à l’histoire musicale. »

« Sang de cerisier » [théâtre] à 20h30 au Théâtre de Lenche : « Une centrale ventre à l’air, quatre réacteurs nucléaires en fumée. Zéro mort puisque Tepco refuse de mettre au compte de « victimes nucléaires » les 6 ouvriers retrouvés morts dans les décombres de la centrale. 160 000 personnes déplacées définitivement. Combien de morts dans 10 ans, dans 30 ans ? 10 000 ? 100 000 ? Un million ? (…) La plupart des futures victimes ne sont pas encore nées. » Le théâtre avec ses rituels dérisoires et ses velours usés face à l’énormité du sujet, mais avec la force de la présence des corps, l’ébranlement du « dire-dire » et l’intarissable source du désir.

« Herself » à 20h au Théâtre Joliette-Minoterie : « Cinq femmes sur un plateau pour tenter l’impossible : incarner l’essence même de la féminité. Le metteur en scène et scénographe Thomas Fourneau qui, petit, « rêvait d’être Wendy plus que Peter Pan », s’entoure de six comédiennes et danseuses pour mettre en œuvre un projet sensible et personnel. »

Samedi 14

à Aix-en-Provence

– « Monsieur et Madame O » [tragicomédie visuelle et sans parole, mime] à 20h30 au Théâtre d’Aix : « Autour d’une table, un couple reprend inlassablement la même ritournelle d’habitudes et de routines dérisoires. Entre attente et frustration, le duo vire au duel… burlesque, poétique, féroce et sans limites. Une petite vie de grands espoirs, une petite histoire de la vie ordinaire. Cette pièce, gestuelle, entre humour et la poésie, propose, avec légèreté et gravité, une réflexion sur le poids des habitudes, du quotidien et des conventions, et décortique sans complaisance les mécanismes absurdes qui poussent un couple à la dérive. »

à Marseille

« Herself » à 19h au Théâtre Joliette-Minoterie : « Cinq femmes sur un plateau pour tenter l’impossible : incarner l’essence même de la féminité. Le metteur en scène et scénographe Thomas Fourneau qui, petit, « rêvait d’être Wendy plus que Peter Pan », s’entoure de six comédiennes et danseuses pour mettre en œuvre un projet sensible et personnel. »

Le Corps du Ballet National de Marseille à 20h au Théâtre La Criée : de Emio Greco et Pieter C. Scholten, les nouveaux directeurs du Ballet National de Marseille. Une pièce énergique et puissante : « « Jeter son corps dans la bataille » : l’expression du cinéaste Pier Paolo Pasolini, chère aux chorégraphes Emio Greco et Pieter Scholten, prend tout son sens dans leur première création en tant que directeurs du Ballet National de Marseille. Comment faire du ballet classique une aire de jeu, ou plutôt un champ de bataille, où l’individu et le groupe se rencontrent ? La question parcourt, en filigrane, toute l’œuvre de Greco et Scholten, qui depuis leur rencontre ne cessent d’interroger les limites de la danse classique. Ici, l’arabesque rejoint le cri, les pas-de-deux les plus célèbres évoluent face à un groupe soudé comme une tribu. Le corps est en même temps apollinien et dionysiaque. Passé et présent se frottent et se heurtent au son d’un montage musical énergique et puissant. Librement inspirée du chef-d’œuvre littéraire d’Elias Canetti « Masse et puissance », la création « Le corps du Ballet National de Marseille » est, peut-on dire, un (premier) portrait de la compagnie sous le regard de ses directeurs : un groupe où la puissance du corps de chaque danseur est mise en avant, pour ainsi mieux multiplier le potentiel de l’ensemble. »

Concert de Vujay Iyer Trio [jazz] à 20h30 au Théâtre du Gymnase : « Vijay Iyer, pianiste d’origine indo-américaine, s’inscrit dans la lignée des pianistes percussifs (Duke Ellington, Cecil Taylor…). Il s’impose dans la Grosse Pomme et sur l’entière planète jazz. Et pour cause : créateur visionnaire, il est à la fois capable d’intégrer à sa musique sa culture d’origine et de produire un jazz contemporain… »

« Sang de cerisier » [théâtre] à 20h30 au Théâtre de Lenche : « Une centrale ventre à l’air, quatre réacteurs nucléaires en fumée. Zéro mort puisque Tepco refuse de mettre au compte de « victimes nucléaires » les 6 ouvriers retrouvés morts dans les décombres de la centrale. 160 000 personnes déplacées définitivement. Combien de morts dans 10 ans, dans 30 ans ? 10 000 ? 100 000 ? Un million ? (…) La plupart des futures victimes ne sont pas encore nées. » Le théâtre avec ses rituels dérisoires et ses velours usés face à l’énormité du sujet, mais avec la force de la présence des corps, l’ébranlement du « dire-dire » et l’intarissable source du désir.

Dimanche 15

à Aix-en-Provence :

– « Monsieur et Madame O » [tragicomédie visuelle et sans parole, mime] à 15h au Théâtre d’Aix : « Autour d’une table, un couple reprend inlassablement la même ritournelle d’habitudes et de routines dérisoires. Entre attente et frustration, le duo vire au duel… burlesque, poétique, féroce et sans limites. Une petite vie de grands espoirs, une petite histoire de la vie ordinaire. Cette pièce, gestuelle, entre humour et la poésie, propose, avec légèreté et gravité, une réflexion sur le poids des habitudes, du quotidien et des conventions, et décortique sans complaisance les mécanismes absurdes qui poussent un couple à la dérive. »

à Marseille :

Le Corps du Ballet National de Marseille à 20h au Théâtre La Criée : de Emio Greco et Pieter C. Scholten, les nouveaux directeurs du Ballet National de Marseille. Une pièce énergique et puissante : « « Jeter son corps dans la bataille » : l’expression du cinéaste Pier Paolo Pasolini, chère aux chorégraphes Emio Greco et Pieter Scholten, prend tout son sens dans leur première création en tant que directeurs du Ballet National de Marseille. Comment faire du ballet classique une aire de jeu, ou plutôt un champ de bataille, où l’individu et le groupe se rencontrent ? La question parcourt, en filigrane, toute l’œuvre de Greco et Scholten, qui depuis leur rencontre ne cessent d’interroger les limites de la danse classique. Ici, l’arabesque rejoint le cri, les pas-de-deux les plus célèbres évoluent face à un groupe soudé comme une tribu. Le corps est en même temps apollinien et dionysiaque. Passé et présent se frottent et se heurtent au son d’un montage musical énergique et puissant. Librement inspirée du chef-d’œuvre littéraire d’Elias Canetti « Masse et puissance », la création « Le corps du Ballet National de Marseille » est, peut-on dire, un (premier) portrait de la compagnie sous le regard de ses directeurs : un groupe où la puissance du corps de chaque danseur est mise en avant, pour ainsi mieux multiplier le potentiel de l’ensemble. »

 ichtus-bleu-oeil

Le poisson profite de votre attention pour faire quelques rappels 😉 :

– Le concours pour gagner vos invitations à Babel Med Music est encore ouvert jusqu’à lundi soir,

– Vous pouvez suivre Marcel et ses bons plans inédits sur sa page Facebook et également sur son compte Twitter,

– Vous pouvez vous abonner à son compte Instagram pour voir ses photos du quotidien mais pas que.

Bon week-end !

Publicités

Laisser un petit mot (cela fera plaisir à Marcel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s