« Que faire ce week-end ? » #79

La sélection du poisson Marcel est cette semaine très « théâtrale » et très « cirque » avec notamment le week-end spécial à la Friche Belle de Mai qui clôturera la Biennale Internationale des Arts du Cirque (ce qui veut dire qu’après, l’agité du bocal ne vous en parlera plus !) et un spectacle « Coup de Coeur » vu à Gardanne en 2012 et qui passe ce soir à Velaux.

image

Légende de haut en bas et de gauche à droite : « Monsieur Agop » à Veaux, « Boxe Boxe » au Grand Théâtre de Provence, « L’avantage avec les animaux, c’est qu’ils ne posent pas de questions » au Théâtre du Jeu de Paume et « Idem » à la Friche Belle de Mai.

Tout le week-end

– Comme les semaines précédentes, si vous avez des envies d’escapade, plus ou moins loin :

à Marseille

– Le « Musée des objets ordinaires de Marseille » [Projet participatif] jusqu’au 28 février dans le hall du GyptisKaty Deville et Christian Carrignon ont invité les habitants du quartier de la Belle de Mai à participer à une œuvre collective et fabriquer un musée. Un musée qui raconterait leur quotidien à partir d’objets ordinaires ou délaissés. Un musée révélateur de la poétique du réel et qui donnerait de l’épaisseur à cet “infra-ordinaire”, en référence à Perec : le Musée des Objets Ordinaires*.

Week-end spécial au Gyptis «  »Faire l’amour avec la vie, un week-end avec Paul Vecchiali »: « Cinéaste prolixe, collaborateur des Cahiers du cinéma, ami de Jacques Demy… Au programme : rencontres et rétrospectives. »

– à la Friche Belle de Mai :

  • Exposition « Charlie Hebdo, journal irresponsable » de 13h à 19h : une sélection de plus de 200 numéros originaux de Charlie Hebdo, présentés avec des témoignages audiovisuels et photographiques sur l’histoire du journal et de ses valeurs.
  • Week-end Made in Friche « Jeux de cirque » : en clôture de la Biennale Internationale des Arts du Cirque. Cirque électro ? Poésie canine ? Acrobaties sur pneu ? Oui… et aussi de la magie et des jongleries ! 10 spectacles (dont « Le braquemard du pendu » [cirque et équilibre sur objets] et « Idem » [« du trapèze, des portés aériens de la poésie et de l’humour]), un concert, des photographies, des ateliers.

à Tourves (83)

– Le Musée des Gueules Rouges (que Marcel vous présentait ici) pour découvrir l’histoire de l’exploitation minière de la bauxite dans le Var avec notamment la visite d’une galerie reconstituée. Ouvert de 14h à 18h. Départ des visites guidées : 15h et 16h30.

Dans de nombreuses villes en PACA

–  Derniers jours de La Biennale des Arts du Cirque : tout le programme par ici. Quelques conseils du poisson par-là.

Vendredi 20

à Aix-en-Provence

« Boxe Boxe » [danse hip-hop à 20h30 au Grand Théâtre de Provence : un spectacle dans la sélection de Marcel pour la saison 14-15. « Le chorégraphe Mourad Merzouki replonge dans ses souvenirs et renoue avec sa formation initiale. Il joue des contrastes, met en correspondance, non sans humour, chaque élément de la boxe avec une dimension de l’art chorégraphique et dévoile la force plastique du noble art ».

« L’avantage avec les animaux, c’est qu’ils t’aiment sans poser de questions » à 20h30 au Théâtre du Jeu de Paume : intriguant avec un nom de spectacle comme ça, vous ne trouvez pas ? « Si vous n’avez jamais vu du Rodrigo Garcia c’est le moment. Et ne vous laissez pas influencer par ce que l’on vous dira. Voir une pièce de Rodrigo Garcia c’est une expérience qui comme telle, sépare les êtres humains en deux catégories : ceux qui tentent le coup et ceux qui se contentent du récit des autres. Et ne comptez pas sur Rodrigo Garcia pour garnir le catalogue des bons mots utiles dans les derniers lieux où l’on cause. En revanche, il se peut que comme toute expérience, un petit quelque chose aura changé chez vous après la représentation. A vous de voir ! Et sachez- le, y a toujours d’ la joie ! « 

à Marseille

« Attention à la marche » [théâtre de conte pour les pitchouns à partir de 6 ans] à 16h au Théâtre La Criée : « Fermez les yeux, écoutez : c’est le début de l’histoire. Voix et musique rythment ces contes traditionnels tissés de cruauté et d’humour qui disent les histoires des malchanceux. Personnages que nous connaissons tous, comme ce fameux copain victime de toutes les catastrophes et qui nous fait bien rire… à ses dépends. Mais elles racontent aussi le faible qui se rebiffe, qui prend confiance en lui et qui s’attaque au gros, au grand, à l’énorme, à l’impossible ! » En partenariat avec La Baleine qui dit « Vagues ».

« Conversations avec ma mère » à 20h30 au Théâtre de Lenche : mis en scène par le directeur du Théâtre de Lenche, Maurice Vinçon. « Argentine, 2001. Mamá a 82 ans, son fils Jaime, 55. Ils vivent chacun dans des mondes différents, étrangers l’un à l’autre : Mamá se débrouille toute seule dans un appartement prêté par son fils ; lui mène une vie confortable avec femme et enfants dans une belle villa. Jusqu’au jour où la crise économique s’invite dans leur quotidien. Tout s’effondre pour Jaime… sinon la tendresse irremplaçable de sa mère, son espiègle sagesse, son goût têtu de la liberté qu’il redécouvre au cours de six conversations drôles et émouvantes, se déroulant comme autant de petits actes d’une reconnaissance mutuelle et définitive. » D’après le film argentin Conversaciones con Mamá de Santiago Carlos Ovés. Jusqu’au 28 février.

à Velaux

« Monsieur Agop » à 19h30 à l’Espace Nova : en octobre 2012, Marcel était allé voir ce spectacle à Gardanne. Il l’avait adoré ! « Un super spectacle sur la paix et la tolérance, tiré d’une histoire vraie avec un beau travail sur la Lumière« . Voilà ce qu’il disait à la sortie de la salle, encore sous le coup de l’émotion. Il avait d’ailleurs consacré un article en février lors de représentations au Gyptis, qui était alors encore un Théâtre. Bref, ce spectacle est VRAIMENT un COUP de COEUR alors allez-y, sans aucune hésitation ! Si vous avez besoin d’une petite présentation, la voici : « Hazzad débarque à l’aéroport de Marseille, à des milliers de kilomètres de son pays : l’Arménie. Il doit retrouver Monsieur Agop, l’homme qui l’a sauvé quand il était enfant. Seule adresse connue : « Monsieur Agop, Marseille, France ». Au fil d’une traversée rocambolesque de Marseille, Hazzad nous livre son incroyable histoire. Une sorte de spectacle à la note blues, mélancolique et pleine d’espoir, saupoudré d’une pincée de concentré burlesque. »

« Parler de la guerre avec sincérité, mais sans perdre l’humour et la dérision de ceux qui ont souffert, n’est pas chose facile… L’auteur et metteur en scène, Jean-Charles Raymond, s’y frotte avec succès. Un hymne à la paix. » – Blog du Centre culturel de Cucuron, P. Venturino.

Pour en savoir plus sur le spectacle et sur la Compagnie La Naïve : http://www.la-naive.fr/v3/#/spectacles/monsieur-agop. Pour aller encore plus loin, le dossier pédagogique très bien fait qui nous apprend que Monsieur Agop était le nom donné au Grand-Père de l’auteur, Jean-Charles Raymond…

Samedi 21

à Aix-en-Provence

– « L’avantage avec les animaux, c’est qu’ils t’aiment sans poser de questions » à 20h30 au Théâtre du Jeu de Paume : intriguant avec un nom de spectacle comme ça, vous ne trouvez pas ? « Si vous n’avez jamais vu du Rodrigo Garcia c’est le moment. Et ne vous laissez pas influencer par ce que l’on vous dira. Voir une pièce de Rodrigo Garcia c’est une expérience qui comme telle, sépare les êtres humains en deux catégories : ceux qui tentent le coup et ceux qui se contentent du récit des autres. Et ne comptez pas sur Rodrigo Garcia pour garnir le catalogue des bons mots utiles dans les derniers lieux où l’on cause. En revanche, il se peut que comme toute expérience, un petit quelque chose aura changé chez vous après la représentation. A vous de voir ! Et sachez- le, y a toujours d’ la joie ! « 

« J’ai tué Maurice Thorez ! » [Comédie tragique contemporaine avec Gilles Ascaride] à 20h30 au Théâtre d’Aix : « Un homme d’une bonne soixantaine d’années se retrouve devant un juge. Il demande à être jugé et surtout condamné avec la plus grande sévérité. Il s’accuse d’être un criminel. Son crime? Avoir tué Maurice Thorez, secrétaire général du Parti Communiste Français de 1930 à 1964. A priori ce n’est pas possible puisque le dirigeant communiste est mort subitement et de sa « belle mort », à bord d’un paquebot de croisière soviétique en Méditerranée. A-t-il affaire à un mythomane, un fou furieux, un illuminé ou un véritable assassin ? L’échange va s’établir entre le récit d’un assassin improbable et un juge partagé entre amusement, stupéfaction et curiosité. Ce récit loufoque et fantaisiste nous plonge dans un Marseille des années soixante et dans une ambiance politico-comico-sociale en forme de farce truculente. Gilles Ascaride, autre membre du clan des Ascaride, comédien et également auteur, interprète avec son compère Gérard Andréani cette fable avec sa verve toute marseillaise. Ce spectacle a été « coup de cœur » du journal La Provence et classé parmi les 25 meilleurs spectacles du Off (sur 1283) par LE BRUIT DU OFF, quotidien en ligne des festivals d’Avignon. » Tarif plein : 20€ / Tarif réduit (Etudiant/Chômeur/RSA/ASPA) : 14€ / Tarif enfant (- de 12ans) : 10€

à Gardanne

– « Récital Georges Brassens » à 15h dans l’auditorium de la Médiathèque : « Georges Brassens peut sembler bien loin des rythmes des musiques latines. Pourtant, les Chasseurs de Papillons, un groupe de quatre musiciens, a décidé de rendre hommage au poète setois en réinterprétant ses chansons sur des rythmes de rumba, biguine, samba, et reggae. Ainsi, saxophone, flûte, percussions, guitare et contrebasse nous emmènent dans les Caraïbes et en Amérique du Sud, entraînant le répertoire de Georges Brassens en des lieux surprenants ».

à Marseille 

– « Conversations avec ma mère » à 20h30 au Théâtre de Lenche : mis en scène par le directeur du Théâtre de Lenche, Maurice Vinçon. « Argentine, 2001. Mamá a 82 ans, son fils Jaime, 55. Ils vivent chacun dans des mondes différents, étrangers l’un à l’autre : Mamá se débrouille toute seule dans un appartement prêté par son fils ; lui mène une vie confortable avec femme et enfants dans une belle villa. Jusqu’au jour où la crise économique s’invite dans leur quotidien. Tout s’effondre pour Jaime… sinon la tendresse irremplaçable de sa mère, son espiègle sagesse, son goût têtu de la liberté qu’il redécouvre au cours de six conversations drôles et émouvantes, se déroulant comme autant de petits actes d’une reconnaissance mutuelle et définitive. » D’après le film argentin Conversaciones con Mamá de Santiago Carlos Ovés. Jusqu’au 28 février.

Dimanche 22

à Aix-en-Provence

– « J’ai tué Maurice Thorez ! » [Comédie tragique contemporaine avec Gilles Ascaride] à 17h au Théâtre d’Aix : « Un homme d’une bonne soixantaine d’années se retrouve devant un juge. Il demande à être jugé et surtout condamné avec la plus grande sévérité. Il s’accuse d’être un criminel. Son crime? Avoir tué Maurice Thorez, secrétaire général du Parti Communiste Français de 1930 à 1964. A priori ce n’est pas possible puisque le dirigeant communiste est mort subitement et de sa « belle mort », à bord d’un paquebot de croisière soviétique en Méditerranée. A-t-il affaire à un mythomane, un fou furieux, un illuminé ou un véritable assassin ? L’échange va s’établir entre le récit d’un assassin improbable et un juge partagé entre amusement, stupéfaction et curiosité. Ce récit loufoque et fantaisiste nous plonge dans un Marseille des années soixante et dans une ambiance politico-comico-sociale en forme de farce truculente. Gilles Ascaride, autre membre du clan des Ascaride, comédien et également auteur, interprète avec son compère Gérard Andréani cette fable avec sa verve toute marseillaise. Ce spectacle a été « coup de cœur » du journal La Provence et classé parmi les 25 meilleurs spectacles du Off (sur 1283) par LE BRUIT DU OFF, quotidien en ligne des festivals d’Avignon. » Tarif plein : 20€ / Tarif réduit (Etudiant/Chômeur/RSA/ASPA) : 14€ / Tarif enfant (- de 12ans) : 10€

à Marseille

– « Conversations avec ma mère » à 16h au Théâtre de Lenche : mis en scène par le directeur du Théâtre de Lenche, Maurice Vinçon. « Argentine, 2001. Mamá a 82 ans, son fils Jaime, 55. Ils vivent chacun dans des mondes différents, étrangers l’un à l’autre : Mamá se débrouille toute seule dans un appartement prêté par son fils ; lui mène une vie confortable avec femme et enfants dans une belle villa. Jusqu’au jour où la crise économique s’invite dans leur quotidien. Tout s’effondre pour Jaime… sinon la tendresse irremplaçable de sa mère, son espiègle sagesse, son goût têtu de la liberté qu’il redécouvre au cours de six conversations drôles et émouvantes, se déroulant comme autant de petits actes d’une reconnaissance mutuelle et définitive. » D’après le film argentin Conversaciones con Mamá de Santiago Carlos Ovés. Jusqu’au 28 février.

ichtus-bleu-oeil

Doux week-end !

« Aimez » la Page Facebook du poisson Marcel. Des infos et des bons plans inédits au programme ! Et n’hésitez pas à inviter vos amis ! Plus on est de poissons dans le bocal, plus il y a de partages ! 🙂

 

Publicités

Laisser un petit mot (cela fera plaisir à Marcel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s